Disponible chez Relicha Édition

Alors seulement, elle fit ce qu’elle avait sans doute fait de plus traditionnellement féminin depuis des années : elle s’évanouit.
couverture de livre. Fond vert, avec une illustration. Un sablier, contenant en haut une jeune femme tenant une pile de livres, en bas, à l'envers, un homme vêtu en guerrier avec un bras mécanique. De chaque côté du sablier se tiennent une jeune femme noire armée d'une clé à molette, et un jeune homme en uniforme tenant un sabre.

Mathilde s’est depuis longtemps fait une raison : sa vie ne sera pas remplie d’aventures rocambolesques.

Mais, lorsque son cousin Armand lui apprend que l’Empire français est impliqué dans une expérience révolutionnaire, la jeune femme ne peut s’empêcher de s’en mêler. Évidemment, rien ne se passe comme prévu, obligeant Mathilde à sauver la vie de Faraldr – qui se retrouve ainsi projeté de 963… en 1866 !

Si la découverte de ce véritable Viking la ravit, ce n’est pas le cas de l’armée, qui veut le réduire au silence. Déterminés à sauver Faraldr, Mathilde, Armand et Joséphine, une mécanicienne qui n’a pas sa langue dans sa poche, s’engagent avec lui dans une folle équipée.

Et Odin seul sait jusqu’où celle-ci va les mener…

Les personnages

La Vieille Fille et le Viking, c’est avant tout une fine équipe. Quelques présentations sont donc de rigueur !

Mathilde

portrait dans un cadre doré orné de fleurs d'une jeune femme blonde aux yeux gris, aux cheveux relevés en chignon, avec quelques mèches qui s'échappent. De la fourrure sur ses épaules et un petit col noué sur sa chemise.

assistante en études nordiques

26 ans, travaille à la faculté de Caen depuis un an, ce qui n’a pas été sans mal : les femmes, en 1866, ça ne court pas exactement les couloirs académiques… heureusement, elle peut compter sur la fortune familiale et le soutien d’une tante passablement excentrique, qui ne se laisse pas arrêter par des choses aussi futiles que la bonne réputation.

« — Oh, après toutes ces années enfermée au milieu des livres, un peu d’air frais, ça ne peut pas faire de mal. »


Faraldr

portrait dans un cadre doré orné de fleurs d'un homme blond aux yeux bleus. Il a les cheveux blonds et longs, lâchés sur ses épaules, et une barbe.

mercenaire

20 ans… ou 923, tout dépend de comment on considère la question. Aventureux, il n’a pas froid aux yeux et les habitudes prises durant ses voyages vont lui être bien utiles pour affronter le monde moderne… même si certaines choses sont plus difficiles à comprendre que d’autres. Les hamacs, par exemple.

« Lorsque le destin l’avait obligé à quitter sa famille, il leur avait assuré que c’était là l’occasion rêvée d’explorer de nouveaux horizons. Il ne pouvait pas se plaindre, à présent. »


Joséphine

portrait dans un cadre doré orné de fleurs d'une jeune femme noire, les cheveux relevés sur la tête à l'aide d'un foulard coloré. Elle a une boucle d'oreille et une cicatrice sur la joue. Vêtue d'une chemise en tissu madras, aux motifs à carreaux très colorés.

mécanicienne

18 ans : la benjamine de l’équipe, mais clairement aussi la plus débrouillarde du lot. Elle est venue de Guyane avec sa petite sœur et s’est retrouvée au service de la tante de Mathilde, avant d’être embarquée dans une aventure à laquelle elle ne s’attendait pas… mais les aventures, ça donne un peu de piquant à la vie, alors elle ne va pas se plaindre. Sauf peut-être du froid.

« Elle en aurait bien tremblé dans ses jupes, si elle en avait porté ; mais elle avait décidé à l’âge de douze ans que des pantalons, c’était plus pratique, donc il allait falloir qu’il trouve mieux. »


Armand

portrait dans un cadre doré orné de fleurs d'un jeune homme aux cheveux noirs et courts. Il porte un uniforme militaire aux couleurs vertes.

Enseigne de l’armée aéroportée

23 ans. Cousin de Mathilde, il ne se doutait pas dans quelle entreprise elle allait l’embarquer ; mais après avoir passé trois ans à essayer sans grand succès de se faire accepter par ses supérieurs, son sens de l’honneur ne lui laissera pas d’autre choix que de voler au secours de Faraldr.

« — Nous n’avons pas fait les présentations officielles. Je suis Armand du Thouars et je serai le commandant à bord jusqu’à nouvel ordre. »